« Le Triangle et l’Hexagone » ou comment aborder l’identité noire en situation postcoloniale selon Maboula Soumahoro

Savoir qui l’on est, comment l’on s’identifie, qui suis-je ? Voilà des questionnements qui m’animent depuis un certains nombres années et plus particulièrement depuis le début de mes recherches doctorales. L’ouvrage de Maboula Soumahoro, « Le Triangle et l’Hexagone » est, à mon sens, un ouvrage qui m’accompagnera dans mon parcours universitaire pour plusieurs raisons.

Récit autobiographique, M. Soumahoro s’adonne à un exercice de réflexion sur la question identitaire et plus particulièrement l’identité noire au prisme de l’histoire coloniale française. Née à Paris, elle poursuit une partie de son cursus académique aux États-Unis avant de revenir s’installer en France pour y devenir maitresse de conférences. Mais ce parcours exceptionnel fut marqué par de nombreux obstacles : issue d’un quartier populaire, femme noire sans compter les remarques les plus désobligeantes les unes que les autres, le parcours de cette femme d’exception est à coup sûr un exemple de ténacité.

Tout au long de l’ouvrage, elle y aborde la question identitaire nous amenant à nous interroger sur le rapport du corps au Soi, d’aborder sans tabous les questions raciales au sein du monde universitaire, mais aussi comprendre les différences de traitement autour de ces questions en ayant une étude comparative à la fois en France, son pays d’origine, mais également aux États-Unis, là où elle a poursuivi une partie de ses études universitaires. Ayant débuté mon parcours universitaire en Guadeloupe c’est en arrivant à Montréal (Québec, Canada) où j’ai pris de plus en plus en considération la question identitaire, mon rapport au Soi, cette vision biaisée du monde occidentalocentré par rapport à l’Autre, mon existence en tant que femme caribéenne dans un monde occidentalocentré. Je m’aperçois d’une certaine ouverture à parler de ces sujets sur le sol québécois contrairement en Guadeloupe, où la question identitaire reste relativement délicate. Les évènements de 2020 (meurtre de Georges Floyd, Ahmaud Arbery ou encore Breonna Taylor) et les manifestations qui s’en sont suivies à travers le monde y compris à Montréal renforceront davantage mon intérêt et ma sensibilité face à ces questions.

Elle y évoque notamment le refus de sa directrice de mémoire de l’époque (après son retour des États-Unis) de valider son mémoire de maitrise traitant du Black Nationalism. Critiquant le fond du mémoire, on a reproché également à M. Soumahoro le caractère raciste de ses travaux lui demandant même de « démontrer l’invalidité linguistique du terme Black Nationalism ».

Cette expérience individuelle nous amène à nous interroger sur la place de l’homme/femme noir.e au sein d’un monde occidentalocentré; de comprendre et observer les relents de la colonisation sur la société; d’étudier et analyser la place du racisme en tant que construction sociale et ses effets dévastateurs notamment pour les personnes racisées; de comprendre comment l’expérience peut être un objet d’analyse scientifique mêlant également les questions politiques, sociales dans une société postcoloniale.

Au-delà d’un simple récit autobiographique, Maboula Soumahoro brise le silence assourdissant sur les questions raciales en France. En prenant en considération la charge historique de l’époque coloniale française et « en mettant en lumière la banalité du racisme aujourd’hui dans les domaines personnel, professionnel, intellectuel et médiatique », « le Triangle et l’Hexagone » ouvre une porte supplémentaire sur les questions identitaires en France tant sur un plan politique, qu’économique, mais aussi sociale et académique.

Maboula Soumahoro. Le Triangle et l’Hexagone : réflexions sur une identité noire. La Découverte, 2020.

Maboula Soumahoro est docteure en civilisation du monde anglophone, maitresse de conférences à l’Université de Tours et spécialiste en études africaines-américaines, de la diaspora noire/africain et des  » French diaspora Studies « . Elle obtient un mémoire de maitrise en 1999 intitulé « The Creation of the State of Liberia  » pour soutenir sa thèse de doctorat en 2008  » La couleur de Dieu ? Regards croisés sur Nation of Islam et le Rastafarisme, 1930-1050″. Elle est, depuis 2012, co-fondatrice et présidente de l’association Black History Month, dédiée à la célébration de l’histoire et des cultures noires en France.

Pour aller plus loin

Brun, Solène. « Le récit de soi contre le déni de la race ». La Vie des idées, 31 août 2020. https://laviedesidees.fr/Le-recit-de-soi-contre-le-deni-de-la-race.html.

Cosmopolitan.fr. « Qu’est-ce que le racisme ordinaire ? Décryptage par Maboula Soumahoro ». https://www.cosmopolitan.fr/qu-est-ce-que-le-racisme-ordinaire-decryptage-par-maboula-soumahoro,2036676.asp.

Faure, Sonya, et Balla Fofana. « Maboula Soumahoro : «C’est aux Etats-Unis que je suis enfin devenue noire» ». Libération. https://www.liberation.fr/debats/2020/02/21/maboula-soumahoro-c-est-aux-etats-unis-que-je-suis-enfin-devenue-noire_1779204/.

LOBA, Re-Création by. « Le Triangle et l’Hexagone – Réflexions sur une identité noire ». Recrée-toi (blog), 27 juillet 2021. https://recreetoi.com/le-triangle-et-lhexagone.

TV5MONDE. « À travers son histoire, Maboula Soumahoro questionne l’identité noire et le racisme en France », 15 juin 2020. https://information.tv5monde.com/culture/travers-son-histoire-maboula-soumahoro-questionne-l-identite-noire-et-le-racisme-en-france.

Vermeren, Pauline. « Le triangle et l’Hexagone, de Maboula Soumahoro ». En attendant Nadeau (blog), 23 février 2021. https://www.en-attendant-nadeau.fr/2021/02/24/soumahoro-triangle-hexagone/.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s